juillet 30, 2020

Faisant partie intégrante de la culture japonaise, vénéré et très représenté dans le mythologie japonaise, au même titre que les yokaï et autres créatures mythiques. Le dragon japonais est connu comme un protecteur dans la religion bouddhiste, ainsi, on peut retrouver des sculptures et autres représentations de ce monstre japonais dans de nombreux édifices religieux japonais.

Le dragon japonais est issu de la lignée du dragon asiatique. Dérivé du dragon chinois, très présent dans la culture chinoise, découvrons ensemble tous les traits de cette créature mythique.

 

Origine du dragon japonais

Le dragon japonais porte le nom de Ryu (ou Tatsu). Ryujin est le roi dragon, dieu de la mer et maître des serpents dans la mythologie japonaise. Grâce à ses joyaux magiques, il est responsable des marées et représente à la fois les dangers et les richesses de la mer. Il était donc particulièrement important pour une ancienne nation insulaire comme le Japon. Ryujin est souvent associé ou considéré comme le même que Owatatsumi-no-kami, une autre divinité de l'eau ou Shinto kami (esprit), plus connu sous le nom de Watatsumi. Considéré comme ayant une connaissance utile de la médecine et comme celui qui apporte la pluie et le tonnerre, Ryujin est également le dieu protecteur ou ujigami de plusieurs groupes familiaux japonais.

Kimono Dragon

 

Ryujin est l'un des huit rois dragons qui ont été importés à l'origine de la mythologie indienne via la Chine et la Corée. Le dragon japonais est donc un dérivé du dragon chinois ou plus largement du dragon oriental mais reste très éloigné du dragon occidental. Il est le seigneur de la mer et des serpents, qui sont peut-être son avatar et qui étaient considérés par les anciens Japonais comme une forme de dragon.

 

Pouvoirs du dragon japonais

Dragon Japonais

Les serpents étaient associés à la mort et au tonnerre, ce qui est lié au rôle de Ryujin en tant que porteur de pluie et de tempêtes. On pensait que Ryujin apparaissait dans les rêves des gens et brièvement au moment du réveil. Le dieu de la mer dispose également d'un dispensaire de médicaments utiles, notamment ceux qui peuvent garantir une longue vie. Enfin, le dieu est souvent lié au sujin, le kami mineur de l'eau douce, des sources et des puits.

Le dieu a des sanctuaires dans tout le Japon et surtout dans les zones rurales où la pêche et les pluies pour l'agriculture sont si importantes pour les communautés locales. Dans l'art, Ryujin est généralement représenté comme un dragon de mer ou un serpent géant. Il peut porter le joyau rond magique qui représente le pouvoir et la monarchie au Japon et avec lequel le dieu peut contrôler les marées.

 

Signification du dragon japonais

Les dragons japonais ont de nombreuses significations qui varient en fonction de leurs variantes et de leur couleur.

 

1. Signification des variantes du dragon japonais

Signification Dragon Japonais

Il y a six dragons dans la culture japonaise. Voici leurs noms et leurs significations :

- Han-Ryu, avec des rayures sur tout le corps, est l'un des plus grands dragons avec des longueurs allant jusqu'à douze mètres.

- Kai-Ryu, un beau dragon rouge, est généralement plus petit que les autres.

- Sue-Ryu, le roi de tous les dragons, contrôle la pluie.

- Ri-Ryu est connu pour être une race très rare et difficile à trouver. On en sait peu sur lui, mais il a une vue étonnante.

- Hai-Riyo, connu sous le nom d'oiseau-dragon, est l'une des formes les plus avancées de dragons. Il est issu de la mythologie chinoise.

- Fuku-Ryu est le dragon le plus apprécié de tous, connu pour porter chance.

 

2. Signification de la couleur du dragon japonais

Signification du dragon japonais

Vous le saviez peut-être ou pas, mais les couleurs du dragon ont aussi une signification. Très courant dans les tatouages japonais, le tatouage dragon aura une signification différente en fonction de sa couleur :

- Le dragon noir associe l’expérience et la sagesse.

- Le dragon vert est généralement associé aux petits dragons. Il représente également la vie et la terre.

- Le dragon bleu est associé à ceux de l'Ouest et représente la paresse, la compassion et le pardon.

- Le dragon jaune est associé à ceux qui viennent de l'Est et à ceux qui sont égocentriques et serviables.

- Le dragon or a de grands attributs, tels que la sagesse, la bonté et la serviabilité.

 

Les mythes du dragon japonais

Ryujin est un protagoniste de plusieurs mythes japonais du folklore japonais mais, reflétant la nature inconstante de la mer, il peut être soit une force sinistre, soit un dirigeant bienveillant qui aide les héros en détresse. Sous les apparences de Watatsumi, par exemple, il a aidé Hoori contre le frère du héros, Hoderi. Cependant, Ryujin a également volé le joyau qui appartenait à Kamatari, le fondateur du clan Fujiwara. Le bijou n'a été récupéré qu'après que la femme de Kamatari ait plongé dans le palais du dieu, sous la mer et l'ait repris, se noyant tragiquement au passage.

 

1. Tawara Toda et les mille-pattes

mythe dragon japonais

Dans une histoire plus élogieuse, Ryujin a donné une cloche (bien qu'il l'ait déjà volée) au héros Tawara Toda (alias Fujiwara Hidesato) en guise de remerciement pour avoir sauvé son palais d'un redoutable mille-pattes dont le corps était si long qu'il couvrait toute une montagne.

Le guerrier-héros du 11ème siècle était célèbre pour ses talents de tireur à l'arc, mais ce n'est que lorsqu'il a magiquement fait basculer sa quatrième et dernière flèche dans sa propre salive qu'il a réussi à faire tomber la créature géante.

La cloche a été laissée dans le temple Miidera, et il est possible que l'autre cadeau de Ryujin, un énorme sac de riz inépuisable, explique le titre de "Lord Rice Bale" du héros (une autre raison pourrait être sa capacité réputée à soulever une balle de riz de 60 kilos). D'autres cadeaux de Ryujin à Tawara Toda étaient un chaudron magique capable de cuire des aliments sans avoir besoin d'un feu et d'un rouleau de brocart interminable. 

 

2. Urashima Taro

Légende Dragon Japonais

Un autre mythe impliquant le roi dragon est celui d'Urashimataro. Un jour, le pêcheur a vu des enfants en train de maltraiter une tortue sur la plage et il les a chassés. En guise de remerciement, la tortue a proposé à Urashimataro de l'emmener en mer et de lui faire visiter gratuitement le palais sous-marin de Ryujin. À son arrivée, la fille du roi dragon a offert au pêcheur un festin et, lorsqu'il est finalement parti, un cadeau d'adieu sous forme de boîte à bijoux.

Lorsqu'Urashimataro est rentré chez lui, il a vu que le village avait changé depuis son départ, il ne parvenait pas non plus à trouver sa propre maison ni sa famille. Il a alors rencontré une vieille dame qui se souvenait à peine d'avoir appris, enfant, la mystérieuse disparition d'un des pêcheurs du village. De plus, lorsqu'il a ouvert sa boîte à bijoux, une brume est apparue qui l'a instantanément transformé en un très vieil homme avec une longue barbe blanche. Au fond de la boîte, il y avait une seule plume, et quand Urashimataro s'en est emparé, il s'est transformé en grue, symbole du bonheur, qui s'est ensuite envolée en direction du lointain palais de Ryujin.

  

3. Watatsumi

Ruyijin, cette fois sous le nom de Watatsumi, occupe une place importante dans l'histoire de Hoori (alias Hoho-demi ou Hikohohodemi) qui est racontée dans le Kojiki ("Record of Ancient Things") qui a été compilé en 712 après J-C. Hoori, le plus jeune fils de Ninigi (petit-fils de la déesse du soleil Amaterasu), a un jour emprunté l'hameçon magique de son frère Hoderi. L'hameçon permettait à l'utilisateur de capturer un grand nombre de poissons sans aucun effort. Mais, inexplicablement, lorsque Hoori l'a essayé, l'hameçon n'a pas attrapé une seule prise et, pour ne rien arranger, le malheureux pêcheur l'a fait tomber et il a coulé au fond de la mer.

Watatsumi

Pas très heureux de savoir ce qu'il était advenu de son objet, Hoderi refusa l'offre de son frère de lui offrir un nouveau lot de 500 hameçons fabriqués à partir de son épée brisée. Assis en larmes sur la plage, Hoori a été approché par un kami qui, découvrant son angoisse, lui a dit de rendre visite à Watatsumi, qui serait sûrement capable de trouver et de rendre l'hameçon si on le lui demandait assez gentiment. En conséquence, Hoori s'est construit un petit bateau et, après un long voyage, il est finalement arrivé au palais du dieu de la mer. Il y fut accueilli par la fille de Watatsumi, Toyotama-hime, et, impressionné par la beauté de la princesse, il oublia rapidement pourquoi il avait navigué là en premier lieu.

Hoori et Toyotama-hime se sont mariés avec la bénédiction de Watatsumi qui leur a offert tant de cadeaux qu'il a fallu 100 tables pour les exposer. Cependant, dans leur heureuse jeunesse, ils ont plutôt perdu la notion du temps, si bien que plusieurs années se sont écoulées avant que Hoori ne se souvienne que son frère attendait toujours l'hameçon. Lorsqu'il le dit à Watatsumi, le dieu rassembla tous les poissons de la mer et découvrit l'hameçon dans la bouche d'une dorade. Il maudit l'hameçon et donna alors à Hoori deux bijoux avec lesquels il pouvait contrôler les eaux qui irrigueraient ses rizières. De retour chez lui après qu'un requin (ou un crocodile) lui ait donné un coup de main, les bijoux magiques ont permis à Hoori de devenir très prospère et de vivre pendant 500 ans, alors que son frère était en ruine.

 

La fête du dragon au Japon

Kinryu no Mai signifie "La danse du dragon d'or". Le festival Kinryu-no-Mai a lieu deux fois par an, le 18 mars, lorsque l'image sacrée du temple est présentée au public et le 18 octobre, pour le service commémoratif des chrysanthèmes. Cette danse nécessite 8 porteurs, pour soutenir le dragon doré pesant 88 kilogrammes et orné de 8888 écailles. Pourquoi autant de 8 me direz-vous, tout simplement car il s’agit du chiffre fétiche dans le bouddhisme.

Fête du dragon au Japon

Durant cette danse, le dragon semble flotter dans les airs, à la poursuite d’une boule d’or en forme de lotus. Cette boule en forme de lotus est en fait gardée par le dragon et représente Kannon, la déesse de la miséricorde. Tandis qu'une personne contrôle la balle d'or et que les huit autres contrôlent le dragon, un groupe de geishas interprète un type de musique japonaise traditionnelle appelée hayashi, sur laquelle le dragon danse de façon rythmée.

On pourrait penser que ce festival existe depuis des siècles, mais en réalité, il a commencé en 1958. Pourquoi 1958 ? Parce que c'est l'année où le temple Asakusa Sensoji a été reconstruit. Bien qu'on dise que Sensoji a été fondé en 645 après J.-C., après avoir été détruit pendant la guerre, il a dû être reconstruit. Kinryu-no-Mai a commencé cette année-là, et a continué à commémorer chaque année sa réouverture depuis lors.

  

Comment dessiner un dragon japonais

Si tu as une âme d'artiste et que tu veux apprendre à faire un dessin de dragon japonais, munis-toi de tes stylo et suis ce tuto :

 

La majestuosité de cette créature mythique a donc inspirés de nombreux artistes, qui en ont créé des produits dérivés. Ainsi on peut retrouver des t-shirt dragon japonais qui vous permettra de porter cette créature protectrice, toute la journée, sur vous.

 

Vêtements Japonais

 



Voir l'article entier

Geisha
Qu'est-ce qu'une Geisha ? Ce rôle méconnu

septembre 12, 2020

Venez découvrir l'histoire des geisha, ces femmes japonaises ayant dédié leur vie à l'art traditionnel japonais pour en maitriser tous les détails !
Voir l'article entier
Sanctuaire shinto : Lieu de culte japonais
Sanctuaire shinto : Lieu de culte japonais

septembre 10, 2020

Les sanctuaires shinto sont des lieux de culte et les résidences des kami, les "dieux" shintoïstes. Découvrons ensemble toutes leurs particularités !
Voir l'article entier
Top 10 des meilleurs animes de 2020
Top 10 des meilleurs animes de 2020

septembre 08, 2020

L'animation japonaise fait partie intégrante de l'export de la culture japonaise dans le monde entier. Découvrons le top 10 des meilleurs animés de 2020 !
Voir l'article entier